Manifeste de la démocratie (proposé par Hervé Mounier)

Accueil Forums Démocratie Manifeste de la démocratie (proposé par Hervé Mounier)

Mots-clés : 

Ce sujet a 3 réponses, 3 participants et a été mis à jour par  apoutsiak, il y a 4 jours et 10 heures.

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)
  • Auteur
    Messages
  • #1282

    MOUNIER
    Modérateur

    MANIFESTE de la DEMOCRATIE

    Proposé par Hervé Mounier

    PREAMBULE

    1) Le but du « Manifeste de la Démocratie » est : 1) de pouvoir s’appliquer à n’importe quel type de société : association, institution politique, Etat, et à n’importe quel échelon, du local au mondial. 2) de pouvoir vérifier si les règles de fonctionnement de ces structures sont en conformité avec les Articles du Manifeste. En d’autres termes, s’il peut leur être attribué le label « démocratique ».

    2) Définition de la démocratie : organisation politique qui donne au peuple les moyens d’élaborer et de réaliser sa volonté.

    3) Le terme démocratie, qualifiée de représentative, libérale, occidentale, moderne, etc…, forme des expressions qui, en réalité, sont autant de variantes de la république. En conséquence et par souci de clarté, seul le terme de « République » sera utilisé pour les désigner. Celui de « Démocratie » étant réservé à une organisation politique qui satisfait à la définition du deuxième alinéa de ce préambule et, par conséquent, respecte les sept articles ci-dessous.

    Nota bene : l’astérisque placé à la fin d’un mot renvoie à sa définition ou remarque(s) en fin du présent manifeste.

    VALEURS et PRINCIPES

    Article 1 :

    La démocratie a comme valeur l’entente par le dialogue et rejette tout rapport de force* quel qu’il soit.

    Article 2 :

    Tout individu a la possibilité de participer directement, à égalité de parole et en toute connaissance, à l’élaboration de la volonté commune.

    Article 3 :

    Tout individu ou groupe d’individus dont les intérêts seraient affectés ou pourraient être affectés par les décisions de la volonté commune, sont en droit d’être entendus et pris en considération.

    Article 4 :

    La sélection* des personnes, chargées de délibérer et de décider, se fait aléatoirement à partir d’une population de base clairement définie, représentant la diversité des mentalités* et n’ayant pas un intérêt direct avec le sujet traité (principe de neutralité).

    Article 5 :

    L’impartialité et la transparence des procédures, mises en oeuvre pour la sélection des citoyens, la délibération et la prise de décision, doivent être garanties.

    Article 6 :

    Afin que la délibération aille jusqu’à son terme, la prise de décision est le résultat d’un consensus* avec exposé des dissensus éventuels.

    Article 7 :

    Pour éviter que des décisions démocratiques ne soient que de simples opérations de légitimation de décisions déjà prises, il est nécessaire que les conditions de bon fonctionnement soient réunis. C’est pourquoi tous les articles précités seront observés scrupuleusement.

    La Conférence de Citoyens est un exemple de procédure démocratique respectant les sept articles ci-dessus.

    DEFINITIONS :

    1) Rapport de force :

    Un rapport de force est une relation de conflit entre plusieurs parties qui opposent leurs pouvoirs, ou en un sens plus littéral leur forces, que cette force soit physique, psychique, économique, politique, religieuse, militaire…
    Si les parties impliquées dans le rapport de forces ont un pouvoir inégal, on distingue la partie dominante et la partie dominée : s’applique alors la loi du plus fort, autrement dit l’arbitraire du pouvoir. On nomme généralement violence, en un sens physique ou moral ou social (voire écologique), l’usage d’un tel pouvoir.
    Il est à noté qu’en situation de rapport de force c’est le plus fort qui gagne. C’est typiquement le pot de fer contre le pot de terre. Si par hasard un mouvement de protestation parvient à faire reculer une loi qui lui paraît désavantageuse, sa victoire ne sera que temporaire car, ce sera un jeu d’enfant pour le pouvoir en place de la réintroduire en la fractionnant dans d’autres lois.
    En république la délibération est remplacée par le compromis qui est le résultat d’un marchandage dans le meilleur des cas, ou celui du plus fort dans le pire, contrairement au fonctionnement de la démocratie laquelle offre un cadre qui a pour finalité de trouver des solutions par le dialogue et, où tous les protagonistes sont à égalité. En d’autres termes : tout le contraire du compromis dans lequel chacun défend bec et ongle les intérêts de son groupe au détriment des autres.

    2) Sélection aléatoire : Le tirage au sort

    Le tirage au sort est une procédure démocratique de sélection des personnes qui évite toute forme de distorsion sélective. Toutes les couches sociales et tous les groupes d’âge et de genre y sont représentés. Ainsi se forme une image en miniature de la société.
    La force de cette procédure aléatoire est de s’appuyer sur une diversité des mentalités*, contrairement à la république qui, elle, s’appuie sur le vote* lequel est facilement manipulable.

    3) Consensus :

    Durant la délibération sont soumises au débat les idées, les opinions et les objections. Ce n’est que lorsque plus personne ne propose d’idée, d’opinion et d’objection que la délibération est terminée. Dit autrement, c’est lorsque les participants pensent avoir suffisamment approfondi le problème et lui avoir trouvé une solution globale convenant à tous les intéressés que cessent les questions et objections.
    Si toutefois subsiste un point de désaccord malgré sa prise en considération par les autres membre de l’Instance de décision, ce désaccord n’empêchera pas que la délibération prenne fin, mais le désaccord sera consigné dans l’exposé de la solution globale, afin que le principe de transparence soit respecté. Cette particularité permettra à quiconque de juger du degré d’importance ou d’insignifiance du désaccord.

    4) Mentalité :

    Ensembles des habitudes d’esprit et des croyances qui informent et commandent la pensée d’une collectivité et qui sont communes à chaque membre de cette collectivité.
    Pourquoi une sélection sur la diversité des mentalités ?
    Parce qu’en fonction de nos habitudes d’agir, notre manière de voir et de résoudre les problèmes est différente des autres personnes. Parce que la diversité des esprits et des croyances favorisent la diversité des approches et des solutions. Parce que, de ces diversités, émergera une solution finale, convenant à toutes les mentalités, puisque toutes y ont participé à égalité.

    REMARQUE :

    Le vote :

    Le vote, facilement manipulable, n’est pas démocratique. Sa pratique, fortement ancrée dans les usages, et sujette à de nombreux préjugés, demande à être éclaircie.

    Concernant la sélection des représentants :

    1) Le vote ne respecte pas le principe d’égalité des personnes. Il est réputé être élitiste car il favorise les candidats socialement élevés et financièrement aisés. Par ailleurs, les candidats charismatiques ont un net avantage sur le citoyen lambda.

    2) Les circonscriptions électorales sont décidées par le pouvoir en place qui se trouve, ipso facto, en position de juge et partie.

    3) Le vote, c’est renoncé de prendre en main son propre destin, en donnant, à un quelqu’un qui ne vous connait pas, le pouvoir de choisir votre vie à votre place.

    Concernant les débats :

    4) Un vote, destiné à clore un débat, est souvent arbitraire puisque décidé en fonction du temps passé et non suite à l’expression et l’échange plein et entier de tous les participants.

    5) Rien n’indique quand un vote doit intervenir. Cette carence est à l’origine du caractère arbitraire des décisions.

    6) Suite à un vote, ne sont pas mentionnés les désaccords qui subsistent ainsi que leurs motifs.

    7) La procédure du vote bloqué permet de faire passer dans un seul vote plusieurs options lesquelles n’auraient pas été acceptées lors d’un vote séparé.

    8) Le vote référendaire est particulièrement pervers car il oblige à répondre de façon binaire (par oui ou non) à une question imposée au peuple, sans que ce dernier ait eu les moyens de la discuter et de s’informer sur les conséquences de son choix.

    9) Le Référendum d’Initiative Citoyenne n’est pas démocratique puisque, même si la question posée émane du peuple, la délibération et la décision ne lui appartiennent pas.

    FIN du manifeste

    • Ce sujet a été modifié le il y a 1 semaine et 5 jours par  MOUNIER.
    • Ce sujet a été modifié le il y a 1 semaine et 3 jours par  MOUNIER.
    • Ce sujet a été modifié le il y a 1 semaine et 3 jours par  MOUNIER.
    #1299

    Sika
    Participant

    Bonjour,

    Si je comprends bien, pas de décision si pas de consensus. Quel que soit les proportions de personnes en accord ou non.
    Avance-t-on dans ces conditions ?

    Sika

    #1300

    MOUNIER
    Modérateur

    Bonjour Sika,
    Pourquoi n’y aurait-il pas consensus ? Puisque le consensus est réalisé lorsqu’il n’y a plus d’objection à la solution construite au cours de la délibération.
    Durant la délibération les personnes qui sont en désaccord (par exemple : parce qu’elles souhaitent apporter une modification au texte en cours d’élaboration) exposent leur désaccord en l’argumentant, ce qui permet de leur répondre en prenant en compte les nouveaux éléments présentés dans l’argumentation. Et ainsi de suite…
    Le vote, au contraire, est imposé, le plus souvent, sans que tous les participants aient pu s’exprimer sous des prétextes divers et variés, tous plus ou moins fallacieux comme la durée d’une séance ou parce qu’on profite de l’absence de personnes dont on se doute qu’ils ne seront pas de notre avis, etc…
    Il est certain que mener un débat en vue d’un consensus, ça change beaucoup du vote lequel laisse rarement le temps de s’exprimer et encore moins d’échanger et, qui plus est, d’argumenter.
    Le consensus, lui, permet de créer les meilleurs conditions d’échange, d’expression des idées, d’écoute et d’ouverture à la diversité des points de vue.
    Hervé Mounier

    #1301

    apoutsiak
    Participant

    Bonjour à tous, je tenais à te remercier Hervé, pour cette intéressante contribution sur la démocratie et ses diverses manières de la rendre effective, en particulier les réflexions sur le vote, tout cela donne à réfléchir et remet en question bien des convictions qu’on nous a enfoncées dans le crâne. Je reviendrai en parler quand j’aurai plus de disponibilité.

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.