Election ou Tirage au sort

Accueil Forums Public Election ou Tirage au sort

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  MOUNIER, il y a 3 mois.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Auteur
    Messages
  • #685

    MOUNIER
    Modérateur

    Election ou tirage au sort

    Christophe Cailloux a écrit :

    Mon avis sur le tirage au sort sur un cas particulier : dans la FI

    (( J’exprime dans le texte mes observations sur le texte de Christophe Cailloux, que personnellement je ne connais pas, non parce que c’est lui qui en est l’auteur mais parce qu’il me donne l’occasion de mettre en évidence nombre d’ambiguïtés qui existent entre les termes république et démocratie. En outre, le fonctionnement démocratique n’est pas particulier à une organisation. Il s’appuie sur des principes applicables à toute structure. Néanmoins, je tiens compte de particularités, notamment que le futur fonctionnement démocratique de la FI se trouvera dans un contexte général républicain. Enfin, pour des raisons de lisibilité j’ai entouré mon texte, qui est en italique, de double guillemets. ))

    J’ai un avis nuancé sur le tirage au sort dans la FI.

    Pour commencer je le trouve insuffisant car c’est une responsabilité individuelle. Le tiré au sort ne représente bien souvent (pas toujours) que lui même.

    (( Pour expliquer le degré de responsabilité d’un élu et d’un tiré au sort il faut faire la différence entre la république telle qu’elle est pratiquée depuis deux siècles et la démocratie :

    Dans la première, le représentant (l’élu) se fait choisir sur un programme qui, comme chacun sait, n’engage que ceux qui y croient et sa responsabilité est, de ce fait, sérieusement limitée. D’autant plus que personne ne peut réellement vérifier son comportement dans une assemblée de plusieurs centaines d’autres élus. Il est alors très facile de reporter les erreurs de décision sur les autres. C’est pourquoi de nombreux élus obtiennent plusieurs mandats malgré leurs mauvaises décisions et leur manque d’initiative (absence de décision).

    Dans la deuxième (la démocratie, c-à-d le tirage au sort, car il n’y a pas de démocratie sans tirage au sort) le tiré fait partie intégrante d’un groupe de citoyens (ou d’adhérents si on se place au niveau de LFI) et son but est de trouver, avec les autres membres du groupe, une solution à un problème posé par la société (ou le mouvement LFI). De plus ce groupe de citoyens volontaires est encadré par des procédures de fonctionnement dont il a pris connaissance avant son engagement et qu’il a signé. Ce qui veut dire que si il s’en écarte il ne pourra pas arguer qu’il n’était pas au courant et, de ce fait, pourra être, si l’écart est grave, exclu immédiatement. Ce qui donne au tiré une responsabilité bien aussi importante que l’élu, sinon plus. )).

    Un tiré au sort peut l’être en dehors des GA, il n’a donc pas de compte à rendre à un groupe …

    (( Un tiré au sort n’est ni un élu ni un porte-parole. Il n’a donc aucun compte à rendre à aucun groupe, comme je l’explique quelques lignes plus bas. Disons tout de suite qu’il faut éviter de réfléchir à un modèle démocratique avec une mentalité républicaine. La plupart d’entre nous tombe dans ce piège car nous avons été formatés depuis l’enfance par le système de la votation lequel est un pilier de la république. ))

    … et ne porte aucune voix collective.

    (( La seule voix collective que peut porter un élu c’est celle de son groupe. Voix qui entrera en conflit avec celle des autres groupes et dont le résultat sera celui d’un marchandage dans le meilleur des cas, ou celui du plus fort dans le pire. C’est le résultat du fonctionnement de la république basé sur le rapport de force, contrairement au fonctionnement de la démocratie qui offre un cadre où les solutions sont l’aboutissement de discussion, de dialogue en vue de TROUVER UNE SOLUTION à un problème de société et non pour défendre bec et ongle les intérêts de groupes particuliers. Dans le rapport de force c’est le plus fort qui gagne. Bref, C’est le pot de fer contre le pot de terre. Et le peuple (pot de terre) ne sera jamais le plus fort, dans le système républicain en tout cas. Par contre en démocratie le groupe de tirés ne porte aucune voix collective puisque son rôle est de trouver une solution qui prenne en compte toutes les opinions, à l’écart des influences des groupes de pression et en dehors de tout rapport de force. (voir à ce sujet la conférence de citoyens, dans ses dernières versions, qui est une procédure qui existe depuis plus de 40 ans et dont l’efficacité est prouvée) ))

    Par contre cela permet à des personnes non militantes dans des GA de pouvoir participer aux conventions et à la future assemblée représentative de la FI.

    (( C’est effectivement la finalité du tirage au sort que de permettre à tous d’avoir la même chance de participer à des instances décisionnelles. ))

    De plus le tirage au sort peut permettre plus facilement d’atteindre la parité et la mixité sociale sans devoir imposer une parité de force aux candidats à des élections internes.
    Je trouve donc cette méthode avec des points positifs et négatifs. Pour moi il doit être couplé à une autre forme de désignation + collective et + démocratique.

    (( Si on entend par collectif donner une priorité à des groupes quels qu’ils soient c’est incompatible avec la démocratie. Attention, pour qu’un système soit valable il doit être sans contradiction et, qui plus est cohérent ))

    Dans un mouvement collectif de grande ampleur comme la FI, pour que toutes les voix soient entendues il faut du porte-parolat, on ne peut pas réunir 550 000 personnes dans une salle. C’est donc à la fois une question pratique …

    (( Ici, il y a un préjugé, qui date de la nuit des temps, sur la démocratie : nous serions obligés d’avoir des élus (un porte-parole n’étant rien d’autre qu’un élu en qui nous aurions davantage confiance) parce qu’il serait impossible de faire de la démocratie dans une société nombreuse. Or le tirage au sort n’est autre qu’une sélection d’individus qui évite justement de mettre « 550 000 personnes dans une salle ». Mais, au lieu que ce soit des personnes qui viennent avec leurs idées ou celles d’autres personnes, comme en république, en démocratie ce sont des gens qui viennent sans idées préconçues avec pour finalité de trouver, par le dialogue et non le rapport de force, une solution dont les intéressés (ceux qui seront impactés par la décision) seront pris en compte. Il n’est donc pas question, suite à un préjugé répandu, de réunir des milliers de citoyens, ou plus, dans une même salle. ))

    … et de participation collective car le porte parole doit porter les voix des gens qu’ils représentent même quand il n’est pas d’accord avec certains de ses représentés.

    (( En dehors du fait qu’un représentant est une notion républicaine, n’est-ce pas le grand écart que de demander à quelqu’un de défendre une opinion en laquelle il ne croit pas ? ))

    De plus choisir son porte parole est important car on doit pouvoir lui faire confiance. Il doit savoir bien s’exprimer, être pédagogue et diplomate pour bien se faire comprendre sans s’énerver. Il doit savoir représenter différents points de vues et les respecter fidèlement. Bref c’est une tâche difficile, pas tout le monde peut bien faire ce travail, c’est un fait, …

    (( C’est la description d’un cadre d’entreprise qui est faite ici. On est dans le professionnalisme, c-à-d, qu’il n’y a que ceux qui ont déjà une expérience d’élu qui peuvent prétendre occuper des postes d’élus. La boucle est bouclée : c’est le meilleur moyen de fabriquer des élites et d’exclure 90% des citoyens. C’est tout, sauf démocratique. ))

    … il faut donc choisir dans la bienveillance …

    (( Qu’est-ce que la bienveillance ? Est-ce une notion objective ou morale ? Si elle est objective quels en sont les critères ? ))

    … et la démocratie. …

    (( Peut-on se dire démocrate et utiliser des procédés non démocratique ? Une chose est certaine : c’est que l’on ne peut passer à un fonctionnement démocratique que lorsque les concepts sont clairs dans nos têtes. ))

    … Bien entendu cette délégation de la parole doit être contrôlable par la possibilité de révocation.

    ((Comment révoque-t-on un élu ou un porte-parole ? Sur quels critères ? Cela demanderait non seulement du temps mais une précision dans les termes du contrat telle qu’aucun groupe actuel n’est capable d’en établir sans contestation. Nous ne sommes pas dans une science exacte mais dans le domaine des idées. Et si il y a litige, ça peut prendre des mois. Autrement dit, si la preuve de la révocabilité met plus longtemps à établir que la durée du mandat, son utilité n’est plus aussi évidente. Par quoi devrons-nous la remplacer ? ))

    Il ne faut pas oublier non plus qu’un des buts d’une organisation politique est de former et préparer des futurs élus que ça plaise ou non. Quand on veut gagner des élections il faut préparer les futurs candidats. La plupart des députés FI sont membres d’un parti et font de la politique depuis un bon moment. Ils ont pour la plupart eu des fonctions dans leurs organisations. Il n’est donc pas très cohérent d’empêcher des élections de délégués internes alors que ça existe dans le PG ou d’autres structures. A part si les futurs candidats de la FI présentés dans des circonscriptions gagnables sont en fait choisis dans ces partis ?

    (( Je ne vois pas en quoi préparer des futurs élus devrait plaire ou déplaire. Comme notre discussion porte sur l’utilisation du tirage au sort, il est tout à fait possible de faire appel à candidature sans discrimination afin que chacun des éléments de LFI ait la possibilité de s’inscrire sur une liste de candidat potentiel. Cela exigerait simplement qu’au sein du mouvement existe un cycle de formation à la fonction d’élu : point sur lequel il me semble que nous sommes d’accord. Ainsi le tirage au sort final se ferait sur une liste de candidat ayant acquis cette compétence. N’est-ce pas plus simple et respectueux de l’égalité des chances que de devoir être membre d’un parti en plus du mouvement LFI pour avoir des chances d’être élu ? ))

    (( En résumé, un fonctionnement démocratique basé sur le tirage au sort est tout à fait réalisable quelque soit les conditions dans lesquelles on se trouve. Bien entendu, je ne peux exposer ici, en quelques lignes, l’ensemble de la structure du système. Mais je pourrai le faire dans une autre occasion.
    Hervé MOUNIER – rvmounier@orange.fr – membre du groupe St Chamond-Vallée du Gier dép. 42 )).

Affichage de 1 message (sur 1 au total)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.