2 réflexions sur « Contribution_Rosa_(FI_Paris_19°) Démocratie dans la FI »

  1. Réponse d’Hervé GA St Chamond dép.42 à Rosa Paris 19ème 14/10/18

    Sur les principes et leurs applications.
    J’apprécie particulièrement la justesse de vos observations qui reflètent un esprit lucide, qualité indispensable pour progresser vers un meilleur. Cela dit je vais essayer une synthèse courte de ce qui pourrait être ma vision des choses au sujet de votre paragraphe 4.
    Pour moi la problématique est la suivante :
    1) Que toutes les opinions puissent s’exprimer pleinement et entièrement : ce n’est pas le nombre de personnes qui compte mais le nombre d’opinions et de solutions différentes. Là réside la nouveauté dans les mentalités.
    2) Que ce ne soit pas les mêmes qui délibèrent en vue de trouver une solution commune (intérêt général) et qui soient porteurs d’opinions et de solutions. Car il y aurait conflit d’intérêts et ce serait le rapport de force qui départagerait les solutions et non leurs qualités.

    Comment dans la pratique pouvons-nous trouver une organisation qui réponde efficacement à ces exigences ?
    1) En créant ce que j’appellerai une Commission Requête, laquelle serait chargée de recueillir toutes les remarques (individuelles ou collectives) venant de tout le territoire de l’association ou du parti politique. Cette Commission serait administrative et non décisionnelle c-à-d qu’elle agirait suivant des procédures définies évitant les comportements autoritaires. Il suffit d’avoir une définition de poste précise, ce qui existe déjà dans certaines structures. Cette Commission recueillerait donc les remarques, les classerait par thèmes, mettrait en relation les gens ayant les mêmes thèmes, etc. Ce qui permettrait de constituer des porteurs de solutions. Arrivé à ce stade il faut une autre structure afin d’éviter l’émergence de rapport de force, chargée de trouver une ou plusieurs solutions au problème formulé par la Commission requête.
    2) Créer un groupe (12-15 personnes) dont les participants (Citoyens ou militants ou adhérents) n’auront pas d’opinion arrêtées sur le sujet à débattre. Chaque membre de ce groupe signe, au moment de son recrutement, un document dans lequel est précisé ses obligations et les conséquences dues à d’éventuels manquement. Ils devront être volontaires, proactifs, respecter les règles de l’éthique de la discussion, s’engager à discuter toutes les solutions proposées par écrit par les porteurs de solution(s). Ils bénéficieront des formations adéquates au sujet traité. Leur recrutement se fera par tirage au sort sur une liste de volontaire. Pour sauvegarder la diversité à l’intérieur du groupe, plusieurs critères seront appliqués lors du tirage (âge, sexe, socio-professionnels, etc.). Il seront assistés par un animateur dont la mission est de faciliter la délibération en créant les meilleurs conditions d’échange, d’expression des idées, d’écoute et d’ouverture à la diversité des points de vue. Enfin, un scrutateur est chargé de vérifier l’observance des règles et l’impartialité de l’animateur.
    3) La transparence et la publicité seront entièrement respectées : activité de la Commission Requête, audition des porteurs de solution(s) par le groupe de citoyens, etc.
    Hervé

  2. gilbair : cette phrase en fin de texte de rosa, est primordiale car ce qui pose pb dans les ga fi provient en effet du fait que » » » les décisions devraient au contraire résulter d’un moment de délibération commune. C’est le rôle que peuvent jouer les GA et coordinations de GA, si nous leur donnons une place plus centrale et plus décisive dans le mouvement. Plutôt que l’autonomie en fait très restreinte qui leur est accordée aujourd’hui, il faut que les GA aient une forme de souveraineté au sein de la FI. A tout le moins, il faut que la relation National / GA soit à double sens, alors qu’elle est uniquement descendante pour l’instant. Ce point devrait être inclus, au moins à titre d’objectif, dans cette charte. »

Laisser un commentaire