7 réflexions sur « Lettre ouverte à Jean-Luc Mélenchon… »

  1. Bonjour à tous et à Jean-Michel PASCAL,
    Lorsque quelqu’un (ou un groupe) vous exclut ne cherchez pas à vous faire réintégrer car, vous avez à faire à des personnes autoritaires et, ces personnes sont perdues pour l’humanité et, elles ne vous réintégreront jamais. Ne surtout pas leur demander de le faire, ce serait une ultime humiliation pou vous. Par contre, il ne faut surtout pas que ces « petits chefs » accèdent à des postes de pouvoir. Cela fait des dizaines d’années qu’ils en rêvent.

    Etre démocrate c’est être autonome. Ce qui signifie que l’on a plus besoin du père ni de tous les
    soit disant héros de toute l’histoire : si quelqu’un a une bonne idée, je ne vais pas me prosterner devant lui, ce qui ne veux pas dire que je ne le féliciterai pas, mais cela ne lui donnera pas la légitimité de diriger les autres.
    Au diable JML et tous les exclueurs. Il suffit de faire partie d’un GA pour être insoumis et bien où est le problème ? Je devrais donc aussi être exclu et tous ceux qui sont membres du CID. Malheureusement pour JML, les membres du CID ont fait preuve d’autonomie et en construisant une association lui ont fait un pied de nez. Croit-il faire disparaître les idées en excluant les personnes ? La seule chose qu’il arrivera à faire c’est décimer ses rangs : les partis passent, les idées restent. Pour moi les JML et autres exclueurs n’existent plus depuis longtemps. C’est peut-être ce qui m’a décidé à devenir un réel démocrate.
    Hervé MOUNIER

  2. Voici la réponse au mail d’exclusion que j’ai reçu de la part de Coline Maigre :
    Chère camarade,
    Mais est-ce que je peux t’appeler camarade, ou bien un article de la charte de la France Insoumise qui m’aurait échappé, stipule-t-il que cela m’est interdit ? Qu’importe, je passe outre.
    Chère camarade, donc, je suis surpris que tu m’adresse un courrier comminatoire pour m’indiquer que je suis « retiré de la plate-forme de la France insoumise » et que donc je ne peux plus me considérer comme membre de ce mouvement. Ma surprise vient du fait que je m’étais désinscrit de cette plate-forme voilà environ un an, justement à la suite d’un désaccord total non pas avec les objectifs, mais avec les méthodes de prise de décision de la FI.
    Je me pose donc des questions sur le sérieux de la mise à jour des listes et donc du nombre de celles et ceux qui « adhèrent » au mouvement.
    Mais, tout cela n’est pas très grave. Ce n’est pas comme si les fascistes gagnaient élection après élection ; ce n’est pas comme si des milliers de pauvres gens mourraient dans la mer pour tenter de rejoindre l’Europe ; ce n’est pas comme si la crise écologique nous menaçait dans notre survie même. Je comprends, compte tenu de la sérénité dans laquelle nous vivons que nous puissions nous permettre d’exclure.
    Tu vois Coline, j’ai utilisé le « nous », comme si, après 40 ans de militantisme au sein de la gauche écologiste, j’avais encore quelque peine à croire à la réalité de ce que tu m’écris tellement ça me semble pathétique et vain au fond.
    Oui, je suis un homme critique, je n’ai jamais pensé qu’un mouvement pouvait être gazeux, du moins si son ambition c’est bien de prendre le pouvoir. Je n’ai jamais pensé que les règles appliquées sans discernement aux GA soient efficaces. Je m’en étais expliqué par mail à l’époque auprès d’un certain « Pierre » (au moins toi as-tu un nom de famille) pour tenter de lui faire comprendre que dans les territoires à faible densité, les structures départementales, pouvaient avoir du sens si on voulait conserver la dynamique engagée lors des élections présidentielle et législative.
    Mais comme c’est un mouvement bien tenu, tu vas sans doute retrouver la trace de tous ces échanges dans les archives. Le fait est, que la conversation a tourné court puisque Pierre n’a pas daigné répondre à mes arguments. Sans doute pensait-il les siens indépassables.
    Pour faire court, je ne me reconnais pas dans la façon de fonctionner de la FI. Si on peut parler de fonctionnement ! A l’heure qu’il est la plupart des militants ont pris leurs distances. Ceux qui restent se réunissent à 4 ou 5 pour prendre des décisions que le « national », peut remettre en question d’un claquement de doigt. La somme perçue par le parti France Insoumise au titre des élections législative ne ruisselle pas dans les GA comment sont-il censés fonctionner ?
    Ce mouvement n’est pas démocratique. Pour moi, c’est rédhibitoire.
    Quant aux accusations de proférer des insultes et des invectives sur les réseaux sociaux, je t’invite à lire les éructations de certains des thuriféraires de Jean-Luc Mélenchon sur Médiapart en particulier. Sans parler de son appel à pourrir les journalistes de Radio France, que, pour ma part, je considère comme une invective particulièrement odieuse.
    Bien à toi malgré tout. On se rencontrera peut-être un jour à l’occasion d’un mouvement social ou d’une action écologiste, juste je n’aurai pas de drapeau.
    Dominique THIRIET

    1. le salut de gauche Dominique
      je viens de prendre connaissance de ton dernier commentaire: d’accord en tous points; la législative en cours est la parfaite illustration des désillusions provoquées par les prises de paroles « en haut lieu » et qui sont faites à titre personnel sans aucune consultation ni approbation des « petits » adhérents et/ou militants de la F.I. de la première heure;
      restons unis pour (re)construire la F.I. telle que nous l’avons rêvée.

  3. Bonjour,

    Je propose de rejoindre le réseau lancé par Frédéric PIERRU (concepteur du programme Santé de l’AEC), en compagnie de LIEM HUANG NGOC et d’autres « cadres » de la FI comme Olivier SPINELLI et plusieurs autres.
    Les avez-vous déjà contactés ?

    Cordialement,
    Cassius
    PS: la liste des signataires de leur appel:
    André Campagne, animateur du Groupe d’Action Sud Comminges.
    Laurent Courtois, syndicaliste SUD-Rail, ex-candidat aux élections législatives dans la 12ème circonscription du Nord
    David Garcia, ex-candidat aux élections législatives dans la sixième circonscription de l’Hérault
    Ninon Gillet, militante féministe, candidate démissionnaire de la liste LFI aux élections européennes
    Lilian Guelfi, ex-membre du comité électoral
    Liêm Hoang Ngoc, économiste, ex-orateur national, rédacteur du livret Emploi, ex-candidat aux élections législatives dans la 4ème circonscription de Haute-Garonne
    Mehdi Kemoune, ex-secrétaire général de la CGT Air France, ex-orateur national, ex-candidat aux élections législatives dans la 15ème circonscription de Paris
    Frédéric Lebaron, chercheur en sciences sociales
    Sophie Lechat, militante syndicale et associative, ex-candidate aux élections législatives dans la 8ème circonscription de Haute-Garonne
    Frédéric Pierru, chercheur en sciences sociales, ex-orateur national, rédacteur du livret Santé
    Olivier Spinelli, ex-membre du comité électoral et de l’espace politique, ex-candidat aux élections législatives dans la 5ème circonscription de la Somme
    Dominique Théo, ex-tête de liste départementale de la Somme aux élections régionales dans les Hauts de France
    Damien Thomas, directeur des Rencontres pour une culture populaire de Bordeaux, animateur du groupe d’action des Insoumis du centre-ville de Bordeaux, contributeur au livret Culture
    Joël Villain, ex-président de l’Assurance Mutuelle des Motards, contributeur au livret Education.
    Marie-Anne Nedyj, juriste, ex-membre du comité national électoral LFI

Laisser un commentaire